15 questions sur l’examen du CRFPA 2019

Partager c'est aimer !

 J’ai recensé dans cet article les 15 questions les plus récurrentes que l’on me pose autour du CRFPA.

Je vous propose à partir du lundi soir de me poser toutes vos questions sur le CRFPA dans ma story sur Instagram : soit de nouvelles questions soit des précision(s) sur des anciennes réponses !

J’y répondrai dès le mardi pour le #mardiCRFPA, nouveau rendez-vous hebdomadaire des adeptes du concours d’avocat !

Allez on attaque !

1 – Faut-il être un « très bon élève » en droit pour réussir le CRFPA ?

NON !! Il y a vraiment de tout comme étudiant qui réussissent le CRFPA. En vérité les étudiants les plus brillants ont du mal avec la note de synthèse … Même si vous n’avez jamais eu de mention vous pouvez l’avoir, par contre il faudra aller chercher la force de se battre parce que si vous vous contentez de bosser comme en licence ou Master, ça ne passera pas !

2 – Quand tenter le CRFPA : fin du M1, M2 ou année de préparation ?

Pas de réponse magique à cette question car cela dépend de votre profil universitaire et surtout votre mental. Mais bon j’ai tenté les 3 donc je peux vous dire mon ressenti !

Fin du Master 1 : Je le conseille si on est vraiment motivé. J’ai eu les écrits cette année là ! L’avantage c’est que vos cours sont assez frais dans votre tête, vous avez bossé dur en Master 1 pour avoir un bon Master 2 donc vous êtes « à balle ». Tout dépend de vos capacités à enchainer par contre … Si vous êtes fatigué en juin c’est compliqué. Moi j’avais pris deux semaines de vacances fin mai / début juin après mes examens puis j’ai attaqué le CRFPA mi-juin. Par contre préparer le grand oral dès septembre en même temps que la rentrée de mon master 2, c’était chaud …. (En plus j’étais sous l’ancien régime du CRFPA donc 5 oraux à cette époque ! horrible).

Fin du Master 2 : A mon sens, c’est le plus dur car le stage se finit fin juin et il faut vraiment enchainer Master 2 / stage / CRFPA sans pause ! En plus certains Master 2 sont très spécifique (comme le mien : droit de la santé) et donc vous n’avez pas vraiment eu le temps de bosser les matières du CRFPA pendant l’année.

Il est vrai qu’avoir un Master 2 c’est vraiment mieux pour se vendre sur le monde du travail car la très grande majorité d’élèves avocats qui sortent de l’école en ont un. Pour moi c’est capital … Et puis bientôt le CNB risque de rendre l’accessibilité à l’examen possible qu’à niveau BAC+5 (donc Master 2) ….

Année de préparation : Dès janvier j’étais assistance de justice à temps plein au tribunal administratif de Toulouse (super plan pour bosser la procédure administrative en passant). Mais j’ai commencé à bosser seulement en juin. Je pense qu’une année (enfin un semestre) de préparation c’est très dur. Dur de s’investir que dans le CRFPA. Dur de ne bosser que ses matières ! Il vaut mieux faire un stage chez un avocat ou en juridiction ou encore avoir un poste de juriste pour s’aérer et attaquer avec « joie » ce concours.

Bonus : L’école des avocats, une fois le CRFPA en poche c’est ad vitam aeternam (à vie) donc vous pouvez toujours différer votre rentrée à l’école (janvier) de 1 ou plusieurs années ! D’ailleurs beaucoup aiment partir en voyage pendant 1 an pour ensuite se consacrer à l’avocature.

3 – Combien de temps pour préparer le CRFPA : 1 an ou quelques mois ?

Team 1 an : Moi je ne suis pas partisane de l’année de préparation, commencer les révisons et les entrainements en janvier. J’avais regardé les chiffres et il y a d’ailleurs moins de réussite. Car dès que l’été arrive vous êtes fatigué et vous vous faites doubler par ceux qui sont « frais » (ceux qui ne le prépare que l’été). Par contre vous pouvez faire un stage et vous arrêter en mai pour débuter les révisions en juin (j’ai fait ça) !

Team estivale (2/3 mois) : Réviser un été pour avoir le CRFPA c’est possible, c’est même le principe de cet examen mais avec la réforme c’est 2 mois minimum de révision. Pour moi 3 mois c’est l’idéal : juin / juillet / aout !

4 – Comment choisir sa matière de spécialité et de procédure ?

C’est la première question que l’on se pose en s’inscrivant au CRFPA entre septembre et décembre de l’année N-1. Ce choix de matière se fait courant mars dans votre IEJ.

Pour moi, c’était une évidence, avec mon profil publiciste (M1 Droit public), j’ai naturellement choisi droit administratif comme spécialité et procédure administrative. La réforme n’a rien changé, j’ai gardé les mêmes matières.

Je dirais vraiment qu’il faut choisir une matière de spécialité (6 au choix) en faisant le choix du cœur. Ce n’est pas grave si vous n’avez pas fait de M2 en droit pénal, mais si vous adorer ça, vous aurez envie d’ouvrir vos livres et d’apprendre cette matière. Attention cependant vous partez avec un désavantage car certains aurons eu un enseignement théorique (M1 ou M2) sur ces matières, il faut prendre de l’avance car vous êtes en compétition (que vous le vouliez ou non) contre ceux de votre spécialité ! Les correcteurs jugent toujours les copies dans un ensemble …

Si vous ratez les écrits, par principe ne changez pas de matières. Mais si vous pensez avoir mal choisis la 1ere fois, alors allez y mais restez logique avec votre formation et vos préférences. Attention à votre matière de procédure qui est liée depuis la réforme, à votre spécialité. Le plus stratégique ? A priori droit des affaires … (chez moi c’est presque 35% des candidats qui ont réussi).

Bonus « le fiscal » : Nouvelle matière depuis 2019 ! Personne ne sait le « comment du pourquoi » de cette matière. Mais si vous êtes un vrai fiscaliste, je pense qu’il faut foncez …

5 – Une prépa est-elle indispensable ou je peux y arriver « seul » ?

Pas indispensable mais … grandement utile ! Faut pas se mentir, le CRFPA c’est dur. D’abord il faut être à jour dans toutes vos matières (code, lois, jurisprudences …). Ensuite il faut faire des entrainements hebdomadaires et surtout pas négliger la Note de synthèse. Depuis la réforme nationale, c’est un comité qui décide des sujets, finis l’époque ou c’est votre prof de fac ! Pour ses raisons je ne peux que conseiller de prendre une prépa. C’est un prix certes mais vous avez tous les cours à jours, des entrainements toutes les semaines et surtout un coup de pied au cul (désolé pour l’expression) si vous ne bossez pas suffisamment.

Bien sur vous pouvez l’avoir sans prépa, pour cela il faut vraiment prendre de l’avance et préparer vos cours (un cours à jour, un manuel, …). Il vous faut chercher des manuels pour vous entrainer (car au niveau des annales vous avez seulement 2017 et 2018 – au passage vous devez faire ces entrainements au moins 2 fois dans votre préparation et connaître les réponses PAR COEUR). Je vous conseille de vous mettre dans des groupes Facebook du CRFPA 2019 et éventuellement de trouver un binôme ou un groupe de travail dans votre IEJ. Vous aurez besoin de poser des questions et de pleurer à un moment donné …

Bonus : une alternative aux prépas, allez voir sur le site MESFICHESCRFPA ! Vous avez toutes les matières du CRFPA déjà toutes fichées ! C’est vraiment pratique pour bosser le CRFPA avec des cours actualisés et pas cher !  En plus on vous donne un code de réduction de -40% jusqu’à la fin du mois d’avril (code : departementjuridiquemarsavril).


Sujets des écrits du CRFPA 2018 disponible ici (pour vous entrainer).

6 – Quelle prépa choisir ?

J’avais déjà répondu à cette question dans mon article : Retour d’expérience. Alors pour résumer, j’ai fais un tableau comparatif de 10 prépas en janvier avec : profs connus et compétents, poly (extraits), témoignages sur les réseaux sociaux, examens blancs, suivis, formules et prix, réductions ….

Mon choix s’est porté sur la prépa parisienne OBJECTIF BARREAU. J’ai choisi une formule à distance (je n’avais pas trop le choix je vis à Toulouse) avec 5 matières (tout sauf espagnol car je le parle bien … finalement je le regrette car j’ai vraiment eu du mal à m’entrainer en espagnol).

J’ai eu les polys fin avril, très complet et après je faisais des fiches thématiques sur les questions les plus récurrentes (annales). J’ai pu m’entrainer toutes les semaines dans TOUTES les matières (et même Note de synthèse car c’est une erreur de s’entrainer 2/3 fois l’été en pensant qu’on maitrise la méthode). J’ai vraiment adoré les corrections en vidéos, disponibles sur 1/3 des copies, le prof se filme en vous expliquant les points forts et faibles de votre copie, sur le fond et la forme. Je crois qu’aucune autre prépa ne fait ça. Pourtant c’est une révolution pédagogique ! Pour ceux qui sont en présentiel (Paris) vous avez cette chance car vous voyez le prof mais pour ceux à distance c’est souvent compliqué de comprendre où vous avez fait des erreurs (surtout quand c’est une question de forme).

Je crois vous avoir assez détaillé pourquoi j’ai pris Objectif barreau. Je vous conseille d’aller voir les vidéos sur Facebook et YouTube pour vous en convaincre ou de prendre un rendez-vous téléphonique ave un de leurs tuteurs.

7 – Quel est le planning d’une journée type pendant la révision des écrits ?

Attention la réponse dépend tellement de chacun …

Travailler oui mais bien ! Le maitre mot du CRFPA c’est la productivité. Des fois il vaut mieux se poser, allez gouter, aller boire un verre (un pas dix), regarder une série si vous sentez que vous n’avez pas envie, que vous êtes à bout, et vous redémarrez mieux.

Moi je faisais :

Juin : Du lundi au vendredi : environ 4 heures par jour en général le matin (repos le weekend)

Juillet / Aout : Du lundi au samedi : Une base de 9h / 12h 30 puis 14h / 18h 30 (pas de boulot le dimanche).

8 – Faut-il prendre des vacances avant ou pendant le CRFPA ?

Le CRFPA c’est seulement 2 mois à fond, juillet et aout, vous n’avez pas le temps de prendre des vacances, juste une journée comme ça, le samedi OU le lundi pour faire un weekend (je ne travaillais pas le dimanche). Mais c’est seulement si vous êtes dans les temps ou si vous sentez que vous allez « péter un câble ».

Si vous en ressentez le besoin, il faut s’oxygéner pour ne pas perdre pied mais pas d’excès. C’est pour ça que je m’accordais sans culpabiliser le dimanche.

En septembre tout est permis, alors vous rattraperez le temps perdu ! Enfin 2 semaines grand maximum car vous avez les révisions du Grand Oral ensuite.

9 – Comment gérer la pression de sa famille et de ses amis ?

Alors la question est très délicate, la pression familiale peut être très dure voire oppressante. Il vaut mieux quitter la maison le temps des révisions, squatter la BU, aller quelques semaines chez les grands parents, allez dans un couvent (ce n’est pas une blague, je connais quelqu’un qui a réussi comme ça). Évitez les gens négatifs ou ceux qui vous demandent quel est votre « plan B » (si vous n’avez pas le concours), profitez juste des bons moments avec votre famille et vos amis (ils ne peuvent pas toujours se mettre à votre place), mettez vous en binôme (une personne qui passe le CRFPA et qui vous tire vers le haut), mettez votre portable en silencieux.

En gros soyez égoïste pendant ces vacances, c’est primordial.

10 – Avec quoi préparer les écrits ?

Cette question appelle un article à elle seule ! On va faire simple. Soit vous avez des cours de prépas à jour et c’est l’idéal, soit vous n’avez rien. Dans ce cas-là, il faut squatter la BU et chercher la perle rare ! Prendre tous les ouvrages pour choisir celui que vous préférez et bien sur le plus actualisé. Éventuellement l’acheter pour être sûr de le garder et de pouvoir écrire dessus.

Honnêtement je n’ai pas bossé sur des manuels, seulement avec mes cours de prépas et mes anciens cours et TD. Les manuels sont souvent trop précis et du coup trop long.

Autre alternative, le site MESFICHESCRFPA qui vous propose des fiches thématiques dans toutes les matières du CRFPA rédigées par des avocats ou des élèves-avocats. C’est vraiment pratique pour bosser le CRFPA avec des cours actualisés, vous gagnez un temps très précieux et surtout c’est pas cher !

11 – Quelles sont les attentes des correcteurs ?

Les examinateurs ont une grille de correction donnée par le CNB. Mais bien sur vous n’aurez jamais accès à ces grilles (oui oui c’est absurde). Il faut impérativement assister au sein de vos IEJ respectifs aux corrections de chaque examen dans chaque matière, et aussi regarder les vidéos de corrections en droit des obligations sur You Tube.

Les correcteurs suivent ces grilles. Ils attendent une copie propre, sans fautes d’orthographes (malus dès 10 fautes), lisible, intelligible, un raisonnement logique. En résumé, vous devez prendre la main du correcteur et lui faire comprendre votre réflexion, votre raisonnement de juriste. Soyez précis juridiquement (pas de pages entières sur votre cours, ce n’est pas une dissertation).

12 – Quand et comment bosser le Grand Oral ?

D’abord, quand ? Pendant les révisions des écrits, lisez un peu l’actu, les articles de blog autour des libertés, vous pouvez faire ça 2 heures par semaines. Mais pas la peine d’apprendre le cours.

Dès la fin des écrits, prenez des petites vacances puis vous commencez à attaquer au bout de 2 semaines (dernière semaine de septembre) avec un rythme plus tranquille que pour les écrits mais 5 heures voir 6 par jours. Dès l’annonce des résultats, vous devez avoir appris votre cours (prépas ou manuel de votre choix) et vous devez commencez l’apprentissage pratiques de libertés : les sujets favoris de l’année 2019, les vidéos disponibles dans votre prépa (chez Objectif Barreau, j’avais les sujets favoris de 2019 mais aussi la forme du grand oral).

Ensuite, Comment ? Avec votre cours de prépas, ou d’un manuel. Avec des articles de plusieurs blogs juridiques (Libertés Libertés chéries, 1 an pour le CRFPA, département juridique …). J’avais utilisé mon cours super actualisés de la prépa et les fiches de MesFichesCRFPA plus synthétique. J’avais également regardé beaucoup de vidéos gratuites sur Youtube comme celles d’objectif Barreau, Flash Juris de Mikael Benillouche, … et également les vidéos d’objectif barreau disponibles sur ma plateforme.  Dépouillez l’actualité de l’année (bien sur on vous proposera un article sur les sujets favoris du Grand Oral 2019 en septembre).

13 – Quelles sont les modalités de l’épreuve de langue ?

Alors s’il y a bien une matière ou il ne fait pas paniqué, c’est bien celle de langue. Vous avez largement le temps de vous y préparer. Dès l’annonce des résultats j’avais bossé tous les matins espagnols, j’ai regardé des vidéos sur youtube mais je regrette de ne pas avoir pris l’option chez Objectif Barreau parce que je n’avais rien …

Vous avez un texte d’actualité en rapport avec la langue. Donc vous pouvez très bien tombé sur TRUMP aux USA en anglais (ce n’est pas cantonner à l’Angleterre). En espagnol, j’ai eu l’indépendance catalane ! Certains de mes amis sont tombés sur le trafic de drogue au Mexique. Vous ne devez pas franchement connaître le fond mais comprendre le texte et l’expliquer à votre correcteur pendant 15 minutes (bien sur quand vous avez finis, il vous pose des questions pour arrivez à ces 15 minutes).

Attention vous devez quand même pouvoir répondre à des questions d’actualités (c’est votre culture générale après tout), mais aussi à des questions classiques sur vous comme : pourquoi voulez vous être avocat ? (je n’ai eu que des questions sur le texte).

Petit plus : dès que vous rentrez dans la salle et jusqu’au moment d’en sortir, pas un mot en français !!

Pensez bien qu’en 2020 il n’y aura plus le choix : ça sera ANGLAIS pour tout le monde !

14 – C’est normal de se dire qu’on ne sera jamais prêt ?

« J’ai l’impression de ne pas avancer » : C’est surement l’une des questions la plus récurrente.

Ne vous inquiétez pas, vous ne penserez jamais être prêt. Soyons honnêtes l’examen est trop vaste ! Mais dites vous bien que dans votre vie d’avocat vous ne pourrez jamais tout connaître.

Vous devez apprendre à chercher dans vos codes les réponses aux questions (en droit des obligations, vous avez le code).

Dites vous que vous êtes face aux d’autres candidats dans la même situation de stress que vous. Ce jour ci vous devez être meilleur que les autres, plus précis, plus logiques. Vous êtes un juriste, vous allez au cœur des choses avec vos connaissances, vos codes.

Laissez le stress de côté, vous ne jouez pas votre vie. Vous devez comprendre que vous devez donner le meilleur de vous-même avec le plus d’entrain possible, vous allez au concours en souriant ! Vous allez y arriver. POINT. Quand je vous dis que le mental y est pour beaucoup !!

15 – Ça vaut le coup ?

Le CRFPA c’est un examen difficile qui demande des sacrifices … mais comme tellement d’autres examens ou concours. Les études de droit n’amènent cependant pas qu’à cet examen. Pensez bien à vous renseigner sur les examens qui nécessitent une licence en droit, u un bac +4. Bien sûr, je ne vous le souhaite pas, mais si vous n’avez pas le concours, vous devez pendre une autre option qui vous plaise, qui vous épanouisse. Et il y a énormément de travail en droit passionnant !

Mais si vous voulez absolument être avocat, je vous assure que le jour où vous entendez votre nom à l’appel des nouveaux élèves avocats, le jour ou vous prêtez votre petit serment et surement le meilleur jour de votre vie : le jour où vous prêterez serment ! Ces jours là, effacent tout les autres !

Je vous fait aussi découvrir le livre de mon amie, Hasna BENARAB, avocate au barreau de Paris qui a eu le CRFPA du premier coup, major et maman la même année avec une super organisation ! Pas de recettes magiques, juste une recette efficace !!

Hasna Benarab : Secrets de reussite d’une major de promo


Le MARDI avec Departement juridique c’est CRFPA sur nos STORY INSTA ! Rendez-vous chaque lundi soir pour m’écrire vos questions, j’y répondrai tout au long du mardi !

Vous pouvez aussi me soumettre des idées d’articles !

Suivez-nous sur INSTAGRAM !

A propos de l'auteur

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.