Partager c'est aimer !

Vincent LAMBERT nous a quitté ce jeudi 11 juillet, 10 jours après l’arrêt de ces traitements. Plus de 11 ans de coma, 7 ans de bataille juridique entre sa femme et ses parents sur vie et sa mort, une nouvelle loi en 2016 … Symbole de la fin de vie malgré lui, Vincent LAMBERT est parti.

Pour ou contre la fin de vie, il y a lieu aujourd’hui de penser au deuil de toute sa famille …

Qui est Vincent LAMBERT ?

Depuis un accident de moto en 2008, Vincent LAMBERT, infirmier, est dans le coma (état végétatif ou pauci relationnel).

Il n’est pas assisté d’un respirateur mais il reçoit des traitements notamment une hydratation et une alimentation par voie artificielle (sonde).

POUR EN SAVOIR PLUS :

LIRE NOTRE ARTICLE SUR L’AFFAIRE VINCENT LAMBERT EN CLIQUANT ICI

Quel est son état neurologique ?

Il existe 6 états du cerveau :

Infographie de Science et Avenir

 

Selon son expertise médicale, Vincent LAMBERT est en état végétatif (stade 4 de l’image ci dessous).

Pourquoi et de quoi est-il décédé ?

Trois fois, c’est la troisième fois que les traitements de Vincent LAMBERT ont été arrêtés. Ça sera la dernière en 2019, 11 ans après son accident.

Après plusieurs rebonds judiciaires, mardi 2 juillet 2019, le Docteur SANCHEZ, chef du service de soins palliatifs et de l’unité des cérébro-lésés du CHU de Reims où est hospitalisé Vincent LAMBERT a décidé de relancer la procédure d’arrêt des traitements couplée à une sédation profonde et continue (loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016).

Il suit la décision du vendredi 28 juin 2019 où la Cour de cassation a cassé l’arrêt de la cour d’appel de Paris du 20 mai 2019 ordonnant la reprise des traitements de Vincent LAMBERT.

Les parents ont alors multipliés les recours pour maintenir leur fils en vie car ils assimilent cet arrêt des traitements à une euthanasie, un « assassinat déguisé », une « mise à mort » d’une personne en état de handicap et non en fin de de vie.

Cependant, cela n’a pu aboutir. Ils ont décidé le lundi 8 juillet 2019 d’arrêter les recours pour essayer de maintenir leur fils en vie (lire le communiqué).

« Cette fois, c’est terminé. Nos avocats ont multiplié ces derniers jours encore les recours et mené d’ultimes actions pour faire respecter le recours suspensif devant l’ONU qui bénéficiait à Vincent. En vain. La mort de Vincent est désormais inéluctable. Elle lui a été imposée à lui comme à nous ».

Remarque : L’arrêt des traitements ou des soins ?

Le traitement vise à traiter un mal à combattre : une maladie, un symptôme alors que le soin regarde une personne.

L’arrêt des traitements sur Vincent LAMBERT représente l’arrêt des traitements de maintien en vie en l’occurrence l’alimentation et l’hydratation reconnues des « traitements » depuis un arrêt du Conseil d’État du 24 juin 2014 (lire l’arrêt ici).

« L’assemblée du contentieux a en outre jugé que l’alimentation et l’hydratation artificielles prodiguées à M. Lambert, qui sont au nombre des actes qui tendent à assurer de façon artificielle le maintien des fonctions vitales du patient, constituaient un traitement au sens de cette même loi ».

Alors que l’arrêt des soins est beaucoup global puisque c’est l’ensemble des soins prodigués sur un patient notamment les soins effectués sur la bouche pour éviter la sensation de soif, mais aussi les soins d’hygiène élémentaires, les massages ….

L’arrêt des traitements ne présume donc pas un arrêt des soins. Il y a vraiment un amalgame notamment dans les médias mais cela est juridiquement et médicalement faux.

A PROPOS DE LA FIN DE VIE …

LIRE AUSSI NOTRE ARTICLE SUR LE CAS DE LA JEUNE INESEN CLIQUANT ICI

& L’AFFAIRE “JEAN MERCIER”EN CLIQUANT ICI

ADIEU VINCENT …

Que l’on soutienne ou pas l’arrêt des traitements de Vincent LAMBERT, c’est un homme qui est mort aujourd’hui. Un homme qui avait une famille, une femme, une fille, des frères et sœurs et des parents. Cela doit se respecter malgré tout.

Vincent était un homme pas simplement « l’affaire LAMBERT », il n’est pas que le symbole de la fin de vie, c’est un père de famille qui ne reverra plus sa fille, il est regrettable de voir l’instrumentalisation autour de sa vie et sa mort. Mais c’est aussi grâce à lui, à sa situation, que la législation sur la fin de vie a évolué en France et elle doit continuer !

Car il ne faut pas être hypocrite, la fin de vie en France c’est l’arrêt des traitements souvent l’hydratation et l’alimentation artificielles couplés à une sédation profonde et continue, donc on meurt de faim et de soif mais endormis …En l’occurrence 10 jours d’agonie, 10 jours pour mourir !

Soyons plus honnête et légiférons sur une fin de vie plus digne où l’Homme peut partir avec moins de souffrance. Passons la 3e vitesse en matière de fin de vie !

En ce jour, respectons le deuil de sa famille.

Adieu Vincent …

 

A lire aussi :

Le libre “Vincent : Parce que je l’aime, je veux le laisser partir” écrit par Rachel LAMBERT

 

 

BIENTÔT SUR LE BLOG

  • Comprendre toute l’affaire Vincent LAMBERT (chronologie de l’affaire)
  • C’est quoi les directives anticipées ? comment les écrire ?
  • Expliquez-moi la loi CLayes-Leonetti 2016 sur sur la fin de vie
  • peut-on être euthanasié en France ?
  • Les référés administratifs

A propos de l'auteur

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.